COMPOSITEURS

COMPOSITEURS

L'appel à candidatures compositeurs 2019 pour In Development, le Forum de Création de Séries de Cannes 

 

Pour la deuxième année consécutive, La Sacem - partenaire de CANNESERIES - s’associe à In Development pour que la création musicale soit au cœur de cet évènement et intervienne dès l’amont du processus de création.

Susciter des rencontres et de nouvelles collaborations entre auteurs, producteurs et compositeurs dans le paysage international de la Série est en effet un enjeu commun de ce partenariat.

6 compositeurs ont été sélectionnés par les membres du Comité de Lecture d'In Development. Chacun d’eux sera amené à travailler des thèmes musicaux pour 3 projets parmi les 16 sélectionnés.

 

EN SAVOIR PLUS SUR IN DEVELOPMENT 

 

 —

 

Découvrez les compositeurs sélectionnés

 

 

Harry Allouche

Harry Allouche est un compositeur, orchestrateur, pianiste et producteur français.

Né à Paris, il commence sa carrière comme batteur et membre du groupe de rock Les Shades.

Il entre ensuite au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris où il obtient cinq premiers prix. Il y étudie également la direction d’orchestre et l’improvisation au piano.

Actuellement il poursuit son activité musicale en tant que compositeur, producteur musical et arrangeur chez Universal Music Publishing.

Depuis 2017, il improvise au piano l’accompagnement de films muets à la Cinémathèque Française et à la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé.

Sa première bande originale composée pour le film documentaire Le Cinéma dans l’œil de Magnum, co-produit par l’agence Magnum Photos est sortie en juin 2017 (Arte).

En 2018, Harry compose la musique originale du film Au Bout des Doigts de Ludovic Bernard (avec Kristin Scott Thomas, Lambert Wilson et Jules Benchetrit). Pour ce film il travaille également comme directeur musical et doublure pianiste de l’acteur principal. La bande originale est actuellement disponible.

Antoine Duchêne

Antoine Duchêne découvre la musique à l’image à l’université d’où il sort major de promotion d’un « master de musique appliquée aux arts visuels ».

Son enfance musicalement chargée entre des études de violoncelle et le choeur de la maitrise de l’opéra de Lyon ne l’empêche pas d’aller chercher ses influences ailleurs. Du hiphop au folk, jusqu’à la musique traditionnelle bretonne, il se nourrit avec passion de tous les univers musicaux qu’il rencontre. Des courts métrages, des jeux vidéo ou de la publicité, tout est un jeu pour ce musicien passionné dont le travail oscille entre classicisme et modernité, offrant une musique aux influences multiples qu’il n’hésite pas à mélanger. Pour la scène il est Anton Oak, son projet de musique électronique dans lequel il chante accompagné de deux musiciens talentueux.

Thomas Nicol

D’abord initié à la guitare par son père, guitariste et journaliste, Thomas Nicol a acquis ses connaissances au conservatoire où il a étudié la composition musicale, la musique concrète et le design sonore.

En parallèle de ses études, il a été à l’initiative de nombreux projets dans le spectacle vivant, allant du post-rock au conte musical jeune public. C’est dans la composition de musique à l’image qu’il se révèle, à travers notamment des  courts-métrages indépendants. Il se tourne ensuite vers des films documentaires et des installations sonores d’espaces muséographiques dans toute la France, des Landes aux Ardennes en passant par le Panthéon.

Thomas continue son approche éclectique de la création et compose la bande originale du jeu vidéo Post Human W.A.R. en 2017. Aussi, il crée le design sonore pour le premier long métrage de Julien Ouguergouz, Cannes 1939 : Le Festival n’aura pas lieu qui sera diffusé sur France 5 au cours de cette année. Il confirme ainsi son état d’esprit curieux, intéressé par divers univers.

En 2018, son travail est récompensé ; il est en effet nommé pour la meilleure musique et le meilleur sound design au festival Sountrack_Cologne ainsi que pour la meilleure musique au Game Audio Contest Hamburg.

Delphine Malausséna

Formée aux métiers du son à l'ENS Louis Lumière, Delphine travaille avec toutes les formes d'écriture sonore, à la croisée des chemins entre le travail du son et de la composition musicale. Sa double compétence ingénieur du son / compositrice l’incite à aller au delà des frontières entre son et la musique.

Violoniste de formation, elle étudie également l’écriture musicale, la direction d’orchestre, la MAO et les synthétiseurs modulaires. Parallèlement, elle étudie la physique quantique et la théorie du son. 

Sélectionnée dans plusieurs festivals pour la composition de musique de film, elle a composé la musique de plusieurs court-métrages. Elle a travaillé par ailleurs en tant que chef opératrice du son pour plusieurs long-métrages ainsi que pour la série anglo-américaine Riviera.

Delphine Mantoulet

Pianiste de formation classique, Delphine Mantoulet est avant tout attirée par la musique rock et électro; un goût qu’elle développe particulièrement lors de son séjour à Londres dans un label électro underground anglais Swan Island entre 1998 et 2000 où elle côtoie l’univers punk en suivant les concerts des Buzzcocks notamment. Après avoir travaillé chez Warnermusic pour le label Yellow, c’est lors de sa rencontre avec le réalisateur Tony Gatlif sur le film Exils, en 2004, qu’elle débute sa carrière de compositrice.

Dès lors, elle se passionne pour les musiques du monde et la musique de film. Elle enchaîne les collaborations artistiques sur les films de Tony Gatlif, en faisant évoluer ses compositions selon les univers musicaux que traversent les films : la musique arabo-andalouse sur Exils, la musique slave et rom sur Transylvania, la musique des années 40 dans Liberté avec notamment la chanson Les Bohémiens interprétée par Catherine Ringer, en s’orientant vers une écriture très visuelle de sa musique.

En 2012, elle collabore pour la première fois avec Valentin Dahmani dans la composition des bandes originales du film Indignados et du documentaire Indignezvous ! réalisés par Tony Gatlif, librement inspirés du livre de Stéphane Hessel. Plus électriques les bandes originales incluent les sons tournés du film afin d’être au plus près de l’image et évoluent en fonction du montage.

Cette manière de travailler complètement en amont puis en accord avec le rythme du montage en incluant les sons du tournage s’est poursuivie dans la bande originale du film Geronimo sorti en 2014, dans un esprit musical urbain, organique, essence de l’image et indissociable de l’énergie hip hop et électrique du film.

En 2017, Delphine Mantoulet compose la musique du spectacle Lala Bidoum en hommage à l’auetur Claude Ponti, crée par les danseurs Caroline Savi Marsalo et Juha Marsalo (danseur de Carolyn Carlson) . Composé comme un album (80 mn), la musique en continue du spectacle représente les personnages imaginaires dans un univers de conte qui mêle des sons de matières, électro et diverses variations mélodiques en fonction des tableaux. Présenté à la Cartoucherie, le spectacle tournera sur plusieurs scènes nationales.